mercredi 2 décembre 2015

"Rien à Déclarer ? Si ! Les Droits de l'Homme." Article 3 Le Droit à la Vie



Bonjour à tous,
J’ai eu l’honneur de participer en Octobre dernier à un collectif illustré organisé par Gérald Guerlais et publié aux éditions du Chêne « Rien à Déclarer ? Si ! Les Droits de l’Homme. »

J’y ai illustré l’Article 3 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. »

Pour illustrer cet article, j’ai voulu représenter le cas des enfants-soldats en Afrique (bien que ce soit également un phénomène répandu ailleurs dans le monde)
Le droit à la vie signifie pour moi le droit d’avoir le choix de faire ce que l’on souhaite de sa vie, que l’on ne soit pas destiné à vivre dans la peur et le danger. 
Comme une hyperbole, j’ai voulu remonter à l’origine même de la vie, le point de départ de tout : la formation d’un bébé dans l’utérus de sa mère, et ainsi montrer qu’avant même la naissance, certains de ces enfants sont déjà condamnés à la guerre, condamnés à se battre et même condamnés à mourir. Leur destin est déjà scellé, leur identité déjà liée à la vie militaire d’où la présence d’armements sur cette image, tels que les balles, la grenade dégoupillée… 
Et les bras protecteurs d’une mère n’y pourront rien.

-----------------
Hi everyone,
Last October, I had the pleasure to participate in an illustrated collaborative project organized by Gerald Guerlais and published by Chêne Editions « Nothing to Declare? Yes! The Human Rights. »
I illustrated the 3rd Article: « Everyone has the right to life, liberty and security of person. »

I wanted to illustrate the case of children soldiers in Africa (even if this phenomenon is also spread around the rest of the world)
For me, the right for life means being able to choose what one wants to do with their life, not being doomed to be live in fear and danger.
As a hyperbole, I wanted to go back to the origins of life, the starting point of everything : the creation of a baby in his mother’s uterus, and then show that even before birth, some of those children are doomed to be enrolled, go to fight and maybe to die.
Their fate are already sealed, their identity already linked to the military life, and that’s why you can see bullets and an unpinned grenade.
Even the arms of a protective mother can’t change anything.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire